La Maison Rubens achève la restauration du portique et de la gloriette

Le portique et la gloriette, ces éléments si emblématiques de la Maison Rubens, sont à nouveau visibles au grand public. Leur restauration, qui a duré un an et demi, est achevée. Grâce à une combinaison de mesures conservatrices et protectrices, le portique et la gloriette se dressent à nouveau dans toute leur splendeur et les détails architecturaux ont été minutieusement mis en valeur. Un léger auvent en verre en forme de papillon protège le portique de l’érosion de la pierre et des salissures. Les visiteurs franchissent maintenant le seuil de la maison tel que Rubens l’avait conçu : avec une vue spectaculaire sur le portique et la gloriette. Ces deux éléments ornementaux ont en effet été dessinés par le grand maître et constituent des traces précieuses de son talent d’architecte.

Rubens comme architecte

A son retour d’Italie en 1608, Rubens applique à Anvers sa fascination pour l’architecture italienne classique et de l’époque. Avec sa première épouse Isabella Brant, il achète en 1610 une maison avec terrain au Wapper. Il l’a fait transformer selon ses propres plans en petit palazzo avec galerie d’art en hémicycle, atelier et jardin. Rubens ne met ses idées en matière d’architecture qu’une seule fois en pratique, mais se révèle aussi un maître absolu dans cette discipline. La transformation donne à la maison l’aspect d’un palais italien et incarne les idéaux artistiques de Rubens : l’Antiquité romaine et la Renaissance italienne. 

“Sa demeure suscitera l’étonnement des étrangers et l’admiration des voyageurs.”
Secrétaire communal d’Anvers en 1620

L’hôtel particulier de Rubens fait grande impression sur ses contemporains. A peine achevés, le monumental portique et la gloriette sont déjà reproduits sur des tableaux, d’Antoine van Dyck et de Jacob Jordaens notamment. Rubens lui-même utilise souvent sa maison comme décor de ses toiles. 

 

Dans les échafaudages 

Le portique et la gloriette de la Maison Rubens sont dans les échafaudages depuis septembre 2017.  Les travaux de ravalement purent commencer après démantèlement du toit provisoire et retrait des vases et des statues de Mercure et Minerve en bronze. 

Les travaux de ravalement

Une équipe de quatre restaurateurs de pierre expérimentés nettoya minutieusement les éléments sculptés, traitant les éclats de pierre un par un. Leur travail dura un an. La gloriette retrouva l’aspect harmonieux que lui confèrent le stuc de couleur claire et le grès et la pierre bleue, plus sombres. Le portique, avec sa diversité de types de pierres, recouvra toute sa grandeur.  

Une construction en verre

A la dernière phase des travaux, une construction en verre fut placée au-dessus du portique pour le protéger des intempéries, de la déformation et des salissures. 

Une gigantesque grue érigée au Wapper souleva un à un les divers éléments de l’ouvrage en verre par-dessus la façade du musée, offrant aux passants des vues spectaculaires. 

Leur montage s’effectua dans la cour intérieure du musée. La construction de 30 tonnes est constituée d’un auvent en plaques de triple vitrage de 6 cm d’épaisseur fixées par des profils en acier inoxydable, lestés de plomb sur toute la longueur et ancrés dans les colonnes. Les vases et statues en bronzes reposent sur cette verrière.

A l’issue d’un an et demi de travaux, la restauration des deux ouvrages est maintenant terminée et les visiteurs franchissent à nouveau le porche de l’hôtel particulier de Rubens tel qu’il l’avait imaginé : avec une vue spectaculaire sur le portique et la gloriette.