'Copy/Paint'

08.03.13 - 01.09.13

Cette exposition s’interrogeait sur le mode de fonctionnement de l’atelier de Rubens. Copy/Paint levait un coin du voile sur base de deux portraits de la même personne (Michiel Ophovius).

L’époque de Rubens est friande de portraits de personnages illustres. La ‘multiplication’ des portraits est donc monnaie courante pour un atelier de peintres.

 

De qui?

Il est de notoriété publique que diverses toiles de Rubens existent en plusieurs exemplaires. Ce qui est moins clair, c’est la part du maître lui-même contre celle de ses collègues peintres et des assistants de son atelier. S’il s’agit de copies, une autre question s’impose: quel est l’original, quelle est la copie ?

Il est rarement simple de déterminer quelle version est la première, certainement dans le cas de portraits. Copy/Paint permettait aux visiteurs de comparer deux portraits de Michiel van Ophoven, Ophovius en latin. Deux des meilleures versions étaient exposées ensemble pour la première fois à la Maison Rubens. Une d’entre elles provient de la collection de la Mauritshuis à La Haye, l’autre de la collection de la Maison Rubens.

L’étude comparative des deux versions a révélé comment on distinguait au 17e siècle un original d’une copie. Deux concepts qui prennent une tout autre signification à l’ère du copier-coller.