Jean I Brueghel

Jean I Brueghel, fils cadet de Pierre Brueghel, est peut-être le père d’un nouveau genre, la Singerie.

Des singes comme métaphore ludique

Les singes sont considérés depuis le Moyen-Âge comme des animaux malicieux et sans vergogne. Ce sont aussi d’excellents imitateurs, qui prennent du plaisir à ‘singer’. Ils servent donc souvent de métaphore ludique pour tous les travers humains. Ce petit cuivre du début des années 1620 est une des premières singeries connues.

 

Cérès et Pan au-dessus du chambranle

Jean I Brueghel avait sans doute pu observer des singes au parc animalier des Archiducs à Bruxelles. Il en fit alors quelques croquis à l’huile qui lui furent fort utiles. Brueghel se servait d’une peinture couvrante appliquée en traits de pinceau très précis. On ne peut imaginer plus grand contraste avec le travail artistique de Rubens. Les deux maîtres collaborèrent pourtant souvent et étaient bons amis. Ils étaient mutuellement parrains de leurs enfants. Vous voyez le tableau au-dessus du chambranle? C’est une œuvre de l’atelier de Rubens: Cérès et Pan. L’image de la nature ‘cultivée’ contre la nature ‘sauvage’ livre un commentaire subtil de cette étrange singerie. Cérès et Pan figure ici sur ce tableau de Brueghel. Il faut aller au Prado pour voir l’original.

 

Spécifications

  • Jean I Brueghel (1568-1625)
  • Singerie
  • Huile sur cuivre
  • Prêt de longue durée, collection privée