Le Massacre des Innocents de Rubens, de retour après 400 ans

À voir du 26 septembre 2018 au 3 mars 2019

Le Massacre des Innocents, un chef-d’œuvre précoce de Rubens et le tableau le plus cher jamais réalisé par l’artiste, sera exceptionnellement exposé à la Maison Rubens à partir du 26 septembre. Le Musée des Beaux-Arts de l’Ontario lui prête cette pièce maîtresse à l’occasion de l’année du baroque. L’arrivée du tableau est l’un des moments forts du festival « Antwerp Baroque 2018. Rubens inspires ».

Fin septembre, le Musée des Beaux-Arts de l’Ontario et la Maison Rubens lancent une collaboration exceptionnelle. Le tableau monumental Le Massacre des Innocents, que Rubens peignit immédiatement après son retour d’Italie, retrouve temporairement sa ville d’origine dans le cadre du festival «Antwerp Baroque 2018. Rubens inspires ».

Cette composition tourbillonnante est l’un des chefs-d’œuvre du Musée des Beaux-Arts de l’Ontario. Le tableau déborde de dramaturgie et de violence. Avec ses nombreuses références à l’Antiquité, le jeune Rubens se présente comme un « doctus pictor » accompli, un artiste érudit qui incorpore son bagage intellectuel à son œuvre.

Peter Paul Rubens, Le Massacre des Innocents, The Thomson Collection at the Art Gallery of Ontario © Art Gallery of Ontario

Le tableau représente une scène biblique. Lorsque le roi Hérode apprit qu’un nouveau roi était né à Bethléem, il craignit pour son règne. Pour cette raison, il fit assassiner tous les petits garçons âgés de moins de deux ans.

 

Le Rubens le plus cher

L’histoire de la toile est spectaculaire. Elle trouva rapidement sa place parmi des collections prestigieuses, mais à partir du 18e siècle, elle fut erronément attribuée à divers artistes.

En 2001, des spécialistes identifièrent clairement la main du maître dans son langage formel baroque. La découverte du tableau de Rubens que l’on croyait perdu fut une grande nouvelle, et l’œuvre fut proposée à la vente. À sa mise aux enchères chez Sotheby’s en 2002, Le Massacre des Innocents atteignit le montant record de 49,5 millions £, ce qui en fit la toile la plus chère jamais réalisée par un vieux maître. Elle fut achetée par l’homme d’affaires et collectionneur d’art canadien Ken Thomson, qui en fit don au Musée des Beaux-Arts de l’Ontario à Toronto. Il s’agit à présent de l’une de ses pièces maîtresses, et depuis son arrivée en 2008, elle n’a pas voyagé.

Actuellement, Le Massacre des Innocents reste le Rubens le plus cher.

 

Une collaboration unique

La Maison Rubens et le Musée des Beaux-Arts de l’Ontario envisagent une exposition temporaire à Anvers depuis un certain temps. Les deux musées en sont très honorés.

Pour Ben van Beneden, le directeur de la Maison Rubens, le jeune Rubens se présente comme un brillant narrateur, pleinement imprégné en tant qu’artiste de son voyage en Italie :

« Sa composition audacieuse, la précision du coup de pinceau, la subtilité de sa lumière et sa richesse incomparable font du Massacre des Innocents l’un des tableaux les plus remarquables du 17e siècle. Avec nos collègues du Musée des Beaux-Arts de l’Ontario, nous sommes parvenus à la conclusion que ce tableau devait absolument être exposé à l’endroit où Rubens a vécu et travaillé. »

 

À Toronto aussi, la collaboration suscite beaucoup d’enthousiasme. Le Dr Sasha Suda, la conservatrice de l’art européen de l’AGO, commente :

« La perspective de voir Le Massacre des Innocents exposé dans l’atelier de Pierre Paul Rubens, là où il a été peint, est très excitante. Il fera voyager dans le temps le public anversois et les spécialistes de Rubens, et donnera lieu à d’importantes conversations sur la vie et l’ambition de cet artiste. « Ce prêt à la Maison Rubens, où des spécialistes de la peinture flamande se réunissent dans les jardins de Rubens au centre de recherche du Rubenianum, constitue une étape importante vers une meilleure compréhension et une meilleure contextualisation de ce tableau si singulier dans l’œuvre de l’artiste. »

 

En pratique

  • Du 26 septembre 2018 au 3 mars 2019.
  • Où : Maison Rubens, grand atelier