Pierre Paul Rubens

Ce nouvel autoportrait est la plus ancienne image individuelle de Rubens. Il s’agit d’une étude préparatoire pour un autoportrait qu’il avait ajouté à sa plus grande commande livrée à la Cour des Gonzague à Mantoue : la décoration de la capella maggiore de l’église jésuite de cette ville.

Rubens entre très vite au service des Gonzague à son arrivée en Italie, mais il va devoir attendre quatre ans avant de recevoir une commande digne de ce nom. Il peint en 1604-1605 trois immenses toiles pour l’église jésuite : La famille Gonzague en vénération devant la Sainte-Trinité, Le Baptême du Christ dans le Jourdain et La transfiguration. Rubens est si honoré par cette commande qu’il se donne lui-même une place dans la représentation centrale de la première, s’affichant clairement comme le créateur du tableau. Cette signature visuelle constitue la première carte de visite du jeune Rubens.

Les œuvres furent retirées de l’église par les troupes napoléoniennes au début du dix-neuvième siècle et sont aujourd’hui dispersés dans divers musées européens. La grande toile centrale fut en outre découpée et est donc fragmentaire. L’autoportrait de Rubens a disparu, mais il en restait l’étude préliminaire. C’est donc le cinquième autoportrait individuel connu de Rubens, et le deuxième dans la collection de la Maison Rubens. Cet autoportrait préparatoire est récemment réapparu et été définitivement attribué à Rubens par Ben van Beneden et Arnout Balis, qui ont ainsi clôturé une controverse sur son authenticité. 

 

Spécifications

  • Pierre Paul Rubens (1577-1640)
  • Autoportrait
  • Huile sur papier
  • Prêt à long terme, collection privée